potager Julien Marlin

Nouveau : suivez les chroniques au jardin de Julien Marlin !

L’année commence à peine et un nouveau projet se met en place au jardin de la Grille, jardin écologique de Julien Marlin dont nous vous vous parlons régulièrement. Julien distillait en effet déjà quelques précieux conseils de culture sur notre site internet.

Aujourd’hui, nous vous proposons de suivre son potager pendant une année complète : de janvier à décembre, de l’ail au potimarron en passant par la tomate ! Nous suivrons ensemble, mois après mois, l’évolution des cultures : des semis à la récolte. Au fil des saisons, nous creuserons certains sujets comme le repiquage, la taille, l’entretien, la protection des végétaux face au froid ou aux ravageurs ou encore l’apport de matières organiques.

L’objectif : trouver les bonnes méthodes culturales pour économiser le temps et l’eau !

Voici donc, en ce début janvier, le premier article de cette année au potager par Julien Marlin :

#jan01 : le potager en “lasagnes”

«  Je souhaitais créer un potager avec un entretien limité à 3 heures par semaine et avec un arrosage restreint. J’ai donc passé une partie de l’année 2016 à élaborer ces fameuses “lasagnes” avec les déchets du jardin. Aujourd’hui, elles sont prêtes pour une saison au potager. Mais avant cela, voici une petite explication  du principe…

Un potager en “lasagnes”, qu’est ce que c’est ?

C’est un mode de culture inventé aux Etats-Unis dans les années 90 par une femme qui voulait recycler et valoriser les déchets de son jardin composés avant tout de matières organiques. Son souhait était également d’ installer des potagers sur des sols dits ingrats ou peu fertiles. C’est une méthode qui intervient en permaculture.

Le principe même du potager en “lasagnes” est une succession de différentes couches de matières organiques provenant des déchets du jardin et de la cuisine. D’où, le terme de lasagnes.

On distingue deux sortes de matières organiques :
– les matières organiques azotées qui sont souvent humides et vertes (tonte de gazon, épluchures de légumes, “mauvaises herbes”…),
– et les matières organiques carbonées qui sont sèches et brunes (paille, feuilles mortes, carton…).

potager julien marlin

Les matériaux carbonés / secs / bruns :

  • la paille, 
  • les feuilles mortes
  • Les branches d’arbres
  • Le carton
  • La taille des végétaux secs type graminées
  • BRF (bois raméal fragmenté, copeaux très fins)

Les matériaux azotés / humides / verts :

  • la tonte de gazon
  • le fumier
  • le compost
  • les déchets de cuisine (épluchures de légumes, coquilles d’oeufs, marc de café…)
  • les “mauvaises herbes”
  • les tailles de plantes herbacées type vivaces

Une fois les matériaux azotés et carbonés bien différenciés, on peut commencer la construction de notre potager sur un sol préalablement griffé à l’aide d’un outil adapté (croc, griffoir…). Pas besoin de décaisser et de retirer le gazon ou l’herbe avant l’installation.

La construction des “lasagnes”:

On peut installer notre potager en “lasagnes” sur n’importe quelle surface plane, même sur un toit d’immeuble, une cour bétonnée ou un sol très caillouteux et très compact. On commence par délimiter notre potager et choisir sa forme, rectangulaire, carré, forme organique… De mon côté, j’ai choisi des “lasagnes” de 10 mètres de longueur sur 1,20 m de largeur pour un entretien plus facile.

potager julien marlin

  1. Alterner couche azotée “humide” et couche carbonée “sèche”. Toujours pour une bonne décomposition, il est préférable de réaliser des couches “fines” de 5 à 10 cm. Commencer par les matériaux les plus grossiers comme les branches d’arbres (structures aérées) pour finir par les matériaux les plus fins comme la tonte de gazon ou le BRF..
  2. Alterner les couches de matériaux organiques en arrosant régulièrement afin d’humidifier nos lasagnes et ainsi activer la décomposition. Nos “lasagnes” auront les mêmes propriétés qu’une éponge, retenir l’eau et ressuyer moins vite (perdre son eau). Les buttes peuvent être délimitées par des rondins de bois pour un meilleur maintien.
  3. Lorsqu’on a atteint une hauteur comprise entre 40 et 80 cm, on va recouvrir nos “lasagnes” d’une couche de compost tamisé ou de terreau et d’un bon paillage. Puis on laisse la nature faire son travail !

On peut accélérer le processus de décomposition en arrosant avec du purin d’ortie (riche en azote) ou du purin de consoude (riche en potasse), préalablement dilués (1L pour 10L d’eau de pluie). Si on réalise un potager en “lasagnes” à l’automne, la plantation des premiers légumes s’effectue au début du printemps.

Pour une installation au début de printemps, je conseille d’attendre 3 à 4 semaines avant les premières plantations.

Astuce : une couche de compost dans la construction de nos lasagnes va apporter des micro-organismes comme des vers ou des insectes, très utiles pour avoir un sol riche.

À savoir : pour avoir une bonne décomposition et ainsi avoir un substrat riche en humus (élément du sol très riche en nutriments disponibles pour la plante), il faut avoir un bon équilibre en azote et carbone et également suffisamment de circulation de l’air. Il s’agit du même principe que le compost au final. Les branchages et aiguilles des résineux sont à éviter, ils acidifient le substrat et peuvent bloquer la décomposition.

Les avantages de ce mode de culture :

  • Valorisation des déchets du jardin
  • Sol riche en humus pouvant accueillir des cultures gourmandes
  • Substrat retenant plus facilement l’eau donc moins d’arrosage
  • Surface de plantation augmentée
  • Installation sur toutes surfaces planes

Les inconvénients de ce mode de culture :

  • Demande de grande quantité en matériaux disponibles de suite
  • Logistique et organisation avec les différents matériaux (stockage, préparation, tri …)
  • Pas de cultures de carotte, panais ou autres “racines longues” la première année.
  • Pas de culture d’ail, d’oignon et d’échalote car substrat trop riche.

Entretien du potager en “lasagnes” :

potager julien marlin

Deux buttes en “lasagnes” avec un passage au milieu pour faciliter l’entretien

Le potager en “lasagnes” a tendance à s’affaisser avec la décomposition des différents matériaux et perdre de la hauteur. Chaque année à la fin de l’automne, je rajoute deux couches de matières organiques après avoir éliminé les restes de cultures et récolté les derniers légumes avant les grands froids : une couche azotée (fumier ou compost) et une couche carbonée (paille ou BRF).

Le potager passera ensuite l’hiver sous son paillage avant le mois de mars et les premières plantations.

Un potager en “lasagnes”, une fois installé, peut exister des années ! »

Rendez-vous très bientôt pour notre prochain sujet dans lequel Julien nous parlera semis sous abri et plantation de l’ail !

Découvrez le Jardin de la Grille, ses conseils de culture au fil des saisons et ses ateliers de jardinage.

Le Jardin de la Grille souhaite pousser ! En ce moment, vous pouvez participer au projet de développement du Jardin de la Grille sur fr.ulule.com/yourte-jardindelagrille !

 

 

1 Comment

  • Nico 15 janvier 2017 at 13:30

    Merci pour les infos, c’est très bien fait 🙂

    Question quand tu dis « Un potager en “lasagnes”, une fois installé, peut exister des années ! » », je pensais plutôt que c’était le cas de la butte, car ayant mis carton feuille composte et branches, je ne pense pas que cela va tenir si longtemps ?

    Reply

Leave a Comment