Fleurs comestibles

Fleurs comestibles, mode d’emploi

Très prisées par certains grands cuisiniers, les fleurs comestibles, qu’elles soient fraîches ou séchées, agrémentent les plats à toutes les saisons ! Et elles ont aussi d’autres atouts :

  • elles protègent les cultures contre les nuisibles (pucerons, doryphores…),
  • elles attirent les papillons, 
  • elles sont méllifères et favorisent ainsi la pollinisation.  

Cependant, avant de les mettre dans son assiette, il est primordial de savoir certaines choses à propos de ces jolies plantes !

Fleurs comestibles

Fleur de lin : ses graines donneront un petit goût de noisettes à vos céréales du matin !

1 / La majorité des fleurs sont très toxiques

Par exemple, il ne faut absolument pas consommer celles des plantes suivantes :

les Ancolies, les Anémones, l’Aristoloche, l’Arum, la Bourdaine, le Bouton d’or, la Bryone, la Chélidoine, le Chèvrefeuille des haies L. xylosteum, toutes les Ciguës, la Clématite, le Cornouiller sanguin, le Cyclamen, le Delphinium, la Digitale, l’Euphorbe, le Fusain, le Genêt, la Giroflée, le Laurier-rose, leLaurier-cerise, le Lupin, le Muguet, le Narcisse, le Rhododendron, le Séneçon vulgaire, le Troène, la Yèble (liste non exhaustive)….

2 /Certaines plantes n’ont QUE les fleurs comestibles

Toutes les autres parties de la plante sont toxiques (acacia, chèvrefeuille, glycine).

Inversement, certains fruits comestibles sont issus de fleurs toxiques, comme chez les Solanacées (tomate, aubergine)… à tel point qu’on peut réaliser des purins insectifuges !

Même pour les fleurs comestibles, il faut d’abord en consommer en petites quantités pour vérifier que vous n’y êtes pas allergique. Naturellement, il ne faut ramasser que des fleurs identifiées avec certitude et que sur des plantes non traitées (donc pas celles des fleuristes !) et éloignées de toutes sources de pollution.

Comme pour les champignons, ne vous fiez pas à ce que mange les escargots !

3 / Plusieurs fleurs sont comestibles même crues

à condition de ne garder que les pétales (il convient d’enlever au moins le pistil et les sépales si elles sont grandes).

C’est le cas de : l’Acacia, Achillée filipendule, Agastache, Altroemère aurantiaca, Alysse odorant, Amarante, Angélique, Arbre de Judée, Aspérule odorante, Aubépine, Bégonia, Bergamote, Bleuet, Bourrache, Camélia, Camomille romaine, Capucine, Carthame, Chèvrefeuille (pas le fruit !!), Chrysanthème comestible, Ciboulette, Cléome, Coquelicot, Cosmos, Courgette, Dahlia, Deutzia, Eschscholtzia, Fuchsia, Glaïeul, Glycine, Haricot d’Espagne, Hémérocalle, Hosta, Gardenia jasminoides, Géranium odorant, Hibiscus sabdariffa, Impatiens walleriana, Iris d’Allemagne, Jacinthe d’Orient, Jasmin officinal, Julienne des dames, Lavande vraie, Lavatère, Lilas, Lis, Luzerne, Magnolia, Marguerite, Mauve, Mimosa, Mertensia maritime, Monarde, Moutarde noire, Muflier, Muscaris à grappes, Népeta, Nigelle, Oeillet de poète,Oeillet d’Inde, Onagre, Oranger amer, Pavot, Pâquerette, Pensée, Phlox étoilé, Pissenlit, Primevère, Reine des prés, Rose, Rose trémière, Safran, Scolyme, Sedum spectabile, Seringat, Souci, Sureau, Tagette, Tilleul, Tournesol, Trèfle rouge, Tulipe, Violette, yucca.

Fleurs comestibles

Fleur de courgette, délicieuse en beignet !

Vous pouvez aussi les servir comme décoration d’apéritif ou dans des cocktails originaux, cristallisées dans le sucre ou le sel, dans les salades, les desserts, le vinaigre, l’huile ou le beurre pour les parfumer. Certaines fleurs peuvent être séchées (souci, mimosa, tagète) et rangées dans des bocaux hermétiques.

No Comments

Leave a Comment