Planter de l'ail

C’est le moment de planter de l’ail dans mon jardin

Planter de l’ail, quelle idée ? Légume incontournable du potager et emblème de la cuisine du Sud de la France, l’ail est très facile à cultiver et réputé pour ses qualités gustatives et condimentaires.  Riche en vitamines et minéraux, cet ingrédient est utilisé dans de nombreuses cuisines pour son goût prononcé biensûr, mais aussi pour les nombreuses vertus médicinales qu’on lui accorde depuis des millénaires (propriétés antisceptiques, bienfaits sur le système digestif et le coeur, renforcement du système immunitaire, beauté des cheveux et des ongles etc…). Chez les Grecs et les Romains, il était utilisé pour soutenir les forces des moissonneurs et des athlètes. On lui prête aussi de nombreux pouvoirs extraordinaires : les tresses d’ails suspendues dans les cuisines méditerranéennes par exemple, en plus d’être décoratives, joueraient un rôle protecteur sur la maison…

C’est le moment de planter les bulbilles pour pouvoir en profiter toute l’année!

Pour réussir votre culture d’ail, prenez garde dans un premier temps à planter les bulbilles dans un sol qui n’a pas porté, les années précédentes, une plante de la même famille : ail, échalote, oignon, poireau. L’ail pousse dans tous les sols pourvu qu’ils soient aérés et non sableux. Il se contente des reliquats d’amendements des cultures précédentes. Vous pouvez néanmoins ajouter une couche de fumier si le sol est nouveau et un petit peu s’il est déjà fertile.

Planter de l'ail Planter de l'ail

Pour planter l’ail : séparez les caïeux (gousses) juste avant la plantation et ne conservez que les plus gros, sains et bien formés. Les petits caïeux du centre de la tête peuvent être utilisés pour la cuisine. Plantez les caïeux à 3 cm de profondeur, pointe en haut, espacés d’environ 10 cm, sur des rangs distants de 30 cm. Dans les terrains qui se ressuient mal, on peut planter sur des billons (petites buttes) d’une dizaine de centimètres de hauteur. On peut aussi planter plus serré pour la production d’aillets dont l’arrachage précoce éclaircira la plantation destinée à une récolte plus tardive.

L’ail est une culture facile d’entretien

Effectivement elle ne nécessite que rarement des traitements : peu d’insectes s’en prennent à l’ail qui aurait d’ailleurs des propriétés insecticides et répulsives. Le simple fait de couper les fanes et de les laisser sur le terrain a d’ailleurs un effet bénéfique pour les autres cultures. Quelques binages pour éliminer les mauvaises herbes et, si le mois de mai est sec, des arrosages au moment de la formation des bulbes suffiront à obtenir une culture pleine de vigueur. L’arrosage doit être limité, n’arrosez pas lors des périodes pluvieuses. La terre ne doit pas être trop humide donc l’eau de pluie suffit.

Quand récolter l’ail ?

Les multiples utilisations de l’ail permettent d’étaler la récolte sur plusieurs mois.
Pour une plantation d’automne, on peut récolter : 

  • dès avril : les aillets (ou très jeunes plants), obtenus en arrachant la plante avant la formation du bulbe, sont délicieux à la croque au sel ou hachés dans les salades, les fromages blancs… ; les feuilles, coupées comme la ciboulette, servent à parfumer salades et omelettes.
  • en mai : récolte en vert au fur et à mesure des besoins de la cuisine. Les plantes bien vertes issues de plants certifiés permettent de consommer aussi bien le bulbe que les feuilles.
  • à partir de fin juin : récolte à maturité, suivie d’un séchage de quelques jours à l’ombre (le soleil provoque des brûlures et diminue la conservation), avant de faire des bottes ou des tresses.

Pour plus de conseils sur la culture de l’ail, rendez-vous sur nos fiches de culture  !

No Comments

Leave a Comment