Rencontre avec Pierre Rabhi à Angers

Dédicace de Pierre RabhiSi Philippe Desbrosses, le fondateur de la Ferme de Sainte Marthe, est un ami intime de Pierre Rabhi, de notre côté nous avions juste conscience de son action au travers de ses interventions publics, ce qui est déjà pas mal nous direz vous. Cela fait presque 10 ans que nous dirigeons la Ferme avec Dominique, après une phase de restructuration, de consolidation nous essayons de développer et d’amplifier le travail initié par Philipe avec la même philosophie de départ : sauver la biodiversité cultivée (semences reproductibles, non hybrides F1). Nous ne parlons même plus de bio, puisque pour nous c’est une évidence que nous devons répondre à ces exigences de culture.

Pierre RabhiL’été dernier je suis passé voir Terre & Humanisme (association initiée par Pierre Rabhi) sur leur site de Lablachère, en Ardèche. Je n’avais pas pu voir Pierre, absent ce jour là, mais j’ai pu rencontrer ces hommes et femmes de « l’ombre » qui permettent aussi dans leurs actions de tous les jours de valider les thèses défendues et développées par Pierre Rabhi. Valo est jardinier, présent sur ce site depuis un peu moins de 10 ans, il cultive, façonne le jardin et forme les bénévoles et stagiaires de son expérience en agroécologie. J’ai aussi rencontré Caroline, responsable de la communication, qui a passé un peu de temps avec moi pour m’expliquer un peu plus l’organisation de Terre & Humanisme et du mouvement « Colibris ». Quand on voit le travail fourni, et l’implication de chacun chez eux, c’est aussi plus facile pour nous de relayer la bonne parole de Pierre Rabhi.
Pierre Rabhi à Angers Inauguration du CCASPierre est venu ce week-end en Anjou, au programme conférences et inauguration du Centre Communal d’Action Sociale de Saint-Barthélémy d’Anjou qui se transforme en Village Pierre Rabhi. Un programme dense et intense pour prêcher la bonne parole ! J’ai passé un peu plus de temps avec Caroline, l’assistante de Pierre, qu’avec Pierre lui-même qui était accaparé par beaucoup de monde. Mais il est comme ça, accessible, avec la volonté de transmettre au plus grand nombre. Merci Caroline pour ces échanges instructifs et constructifs.
Sa venue c’était aussi l’occasion de nous remettre en mémoire la légende amérindienne du colibri : « Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! »
Et le colibri lui répondit : « Je le sais, mais je fais ma part. »
Pierre RabhiEvidemment ces mots résonnent en nous, il est clair que la Ferme n’y arrivera pas toute seule, mais nous sommes dans l’action, en essayant de faire du mieux que l’on peut, chaque année, sans dénigrer le travail des autres. Alors c’est sûr, notre parole porte moins, nous ne sommes pas toujours militant, pas assez peut-être, plutôt dans l’action, à essayer de bien faire. Mais l’avenir c’est nous tous qui y contribuons, en coopération. Si les humanistes ont raison de nous le rappeler régulièrement il faut aussi que l’on s’imprègne bien de leurs messages. A chacun de faire des choix, ses propres choix et à nous de faire germer les milliers de graines que disperse Pierre Rabbi. Tout cela me ramène aux propos de Jean-Marie Pelt qui était venu en mai dernier et qui citait, si ma mémoire est bonne, Théodore Monod : « L’humanité a l’avenir que nous lui ferons » .

No Comments

Leave a Comment