La véritable Tomate Coeur de Boeuf, une variété non-hybride F1…

Dites donc ils se moquent pas un peu de nous avec cet article publié dans L’Express ? Notamment avec le passage concernant la Tomate Coeur de Boeuf, c’est quand même une drôle de façon de présenter une partie de l’histoire… et c’est peu de le dire…

Madame de la Brosse il y a quand même un gros souci dans votre article et je vais vous aider à la trouver… « …Parmi les grandes réussites de ces dernières années, la relance de la coeur de boeuf – au début des années 2000 -, cette tomate côtelée, charnue et brillante dont le succès fu tel que la Direction générale de la concurrence a été obligée d’en sanctionner les contrefaçons.« 

Article de l'Express du 12 Juillet 2017

Article de l’Express du 12 juillet 2017 – Comment Savéol a mis les tomates à sa sauce ?

Typiquement les tomates de chez Savéol était concernée par l’usurpation d’identité de la véritable tomate cœur de bœuf. Les variétés dites anciennes que vous retrouvez très souvent en grandes surfaces alimentaires sont des variétés hybridées loin des variétés originelles. Il y a quand même mensonge et tromperie sur la marchandise.

Nous avons nous même été contrôlés par la répression des fraudes lors d’une visite sur ce sujet précisément (cf. Mon billet d’humeur : http://blog.fermedesaintemarthe.com/quand-la-repression-des-fraudes-nous-controle/)

Photo de la Tomate Coeur de Boeuf

La Tomate Cuor di Bue, la véritable Coeur de Boeuf.

Ça serait sympa donc de rétablir la vérité et d’être plus précis.

Clairement la tomate cœur de bœuf (cuor di bue) est très loin de la description encore faite dans cet article. Ce n’est pas une tomate côtelée, le côté brillant n’est pas un critère bref on est très loin du type de cette variété.

La tomate cœur de bœuf, celle qui a du goût,  est en forme de Coeur, une variété très dense, présentant peu de graines (https://www.fermedesaintemarthe.com/A-6811-tomate-cuor-di-bue-ou-coeur-de-boeuf-ab.aspx).

Ne pas faire d’ombre aux grands groupes, je m’en fiche pas mal, on ne joue pas dans la même cour, chacun ses convictions, au consommateur final de faire ses choix et orienter le monde de demain. Colporter de fausses infos et tricher sur la vérité ça m’irrite par contre beaucoup plus…

Je dénonce ici, d’abord le travail de la journaliste qui relate peut-être ce qu’on lui a raconté (à défaut de chercher la vérité) ou alors qui a mal retranscrit ce qu’on lui a dit… Allez savoir. Le résultat est le même, on diffuse de mauvaises informations, c’est bien dommage.

Après c’était peut être juste une publicité et non un travail rédactionnel ?

Article de l’Express pages 1 et 2

Article de l’Express pages 3 et 4

 

 

 

 

2 Comments

  • Lacase 18 juillet 2017 at 17:58

    Si il fallait se fier à L’Express pour avoir une information de qualité il y a longtemps que cela se saurait. Continué votre combat pour une préservation de la semence et Merci simplement.

    Reply
  • Caroline 18 juillet 2017 at 12:53

    Dans le même style j’ai vu un reportage au journal TV où l’épinard fraise était présenté comme une nouvelle variété de….fraises !
    Sacrés journalistes qui voguent sur la vague bio,gobent le premier mot inconnu sans aller faire le boulot de recherche et d’information vérifiée…il suffit pourtant de taper le mot dans un moteur de recherche pour ne pas passer pour une…courge

    Reply

Leave a Comment